Stendhal.

Le jour où je me suis pris pour Stendhal

www.eyrolles.com/Loisirs/Livre/le-jour-ou-je-me-suis-pris-pour-stendhal-9782212553840

 

Philippe Cado est professeur en lettres dans un lycée de province lorsque s'insinue en lui une idée folle : révolutionner l'Éducation Nationale en prenant modèle sur Stendhal.

Peu à peu, échappant à son propre contrôle et à celui de l'administration, Philippe Cado emmène ses élèves dans son délire...

Il fait ici le récit haletant de cette bouffée délirante qui le conduira jusqu'à l'hôpital psychiatrique. Quand il ne se prend pas pour Stendhal, Philippe Cado lutte au quotidien contre la schizophrénie.

 

Le syndrome de Stendhal.

www.zetetique.fr/index.php/dossiers/259-la-statue-qui-rend-fou-ou-le-syndrome-de-stendhal  

 

=> Syndrome de Jérusalem.

 

Le comportement qui ressemble le plus étroitement au syndrome de Jérusalem est le syndrome de Stendhal identifié par Magherini, qui décrit une réaction psychotique aiguë particulière surgissant parmi les touristes amateurs d’art visitant Florence.

Le syndrome est baptisé du nom de l’auteur français Stendhal, qui a décrit les sentiments du déjà vu et d’inquiétude après avoir admiré des œuvres d’art à Florence. Magherini, dans son livre Sindrome di Stendhal, a présenté les variables statistiques, socio-démographiques, cliniques et liées au voyage de 106 touristes qui ont été admis à l’hôpital à Florence entre 1977 et 1986.

Elle a décrit les cas dans lesquels un petit détail dans une peinture ou une sculpture célèbre a déclenché un accès d’inquiétude atteignant des dimensions psychotiques. Selon elle, de telles réactions sont habituellement associées à une perturbation mentale ou psychiatrique latente qui se manifeste en réaction aux peintures des batailles ou d’autres chefs-d’œuvre et aboutit au véritable syndrome de Florence ou de Stendhal.

 

Ce n’est pas parce-que l’on se prend pour Stendhal que l’on est Stendhal.

Ce n’est pas parce-que l’on se prend pour Napoléon que l’on est Napoléon.

Ce n’est pas parce-que l’on se prend pour le fils de Dieu que l’on n’est pas le fils de ses parents.

=> Délire Mystique.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.