Psychothérapie psycholytique.

Psychothérapie psycholytique. 

Samuel Widmer, psychiatre et fondateur de la communauté des Fleurs de cerisier.

1er article - Dérive médicale.

Le médecin est soupçonné d’avoir, depuis 30 ans, soigné ses patients à l’aide de substances illicites comme le LSD ou l’ecstasy. Au sein de sa communauté, il aurait formé des centaines d’adeptes à sa méthode, la psychothérapie psycholytique.

Il a entamé ses travaux sur les drogues en 1986.À cette époque, il a reçu une autorisation de la Confédération lui permettant d’utiliser le LSD à des fins scientifiques.

Cette autorisation lui a été retirée en 1993.

Il invente la psychothérapie psycholytique consistant à faire prendre aux patients des substances hallucinogènes qui permettraient «un approfondissement du travail psychologique». 

Cannabis thérapeutique.

=> www.allodocteurs.fr/se-soigner/medicaments/cannabis-therapeutique/le-cannabis-therapeutique-herbe-medicinale_250.html

Second article..

Article de l’UNADFI - (Source : The Independent, 08.09.2015)

A Handeloh (Basse-Saxe) 29 médecins, thérapeutes et homéopathes ont été hospitalisés après avoir ingéré une drogue de synthèse (2C-E) dans le cadre d’un séminaire sur les médecines douces. L’homme qui animait ce congrès est un disciple de Samuel Widmer, fondateur de la communauté des Fleurs de cerisier et créateur de la « psychothérapie-psycholytique », qui fait l’objet d’une enquête judiciaire depuis mars dernier.

La trentaine d’hommes et de femmes souffraient d’hallucinations, de délires et de violentes crampes, puis ont titubé, se sont roulés sur le pan d’une prairie et ont parlé un charabia. Des tests sanguins ont révélé la présence de 2C-E, substance illégale en Allemagne depuis la fin 2014. Torsten Passie, expert en stupéfiants, indique que les participants ne devaient pas être informés sur la substance, ne devaient connaître ni ses effets, ni les risques qu’ils encouraient.

Trois jours après l’incident, aucun participant n’était en mesure de répondre aux questions des enquêteurs. Plusieurs pistes apparaissent cependant : l’ingestion de 2C-E serait une sorte d’expérience collective où les participants auraient été drogués à leur insu.

Le psychiatre est accusé d’utiliser des substances illégales, dont la 2C-E, dans le cadre de sa thérapie depuis plus de 30 ans.

=> Hallucinations visuelles.

=> La religion du cannabis.

=> Hallucinations visuelles.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.