Prévention.

PREVENTION  EN SANTE MENTALE.

La prévention en schizophrénie hallucinatoire est absente pourtant elle permettrait de donner de la compréhension aux futurs psychotiques sur leurs symptômes de perception hallucinatoires dont les deux principaux sont d'entendre des voix et de percevoir des visions d'irréalité, lesquelles sont perturbantes et persécutrices pour nos souffrants qui n'ont que le seul choix de les attribuer à des manifestations venant de l'au-delà.

Cette impossibilité de comprendre sa souffrance et d'être dans le dénie de maladie conduit à tous les excès inhérents dont celle de refuser la prise en charge et les soins indispensables à cette désastreuse maladie et de ce fait ce qui fait, à l’extrême, l'actualité des actes criminels perpétrés par nos schizophrènes dont certains redemandent le retour à la peine de mort.

=> Responsables.

Mais pourquoi est-elle absente.

Elle remet en cause les phénomènes irréels qui alimentent toutes les religions dont la plus commune est celle dite «la parole de Dieu».

Alors comprendre la religion.

Quand Jeanne D'Arc entend des voix, c'est Dieu qui lui parle.

Et comprendre la schizophrénie.

Tant que Jeanne d'Arc entend des voix, la psychiatrie augmente la dose d'antipsychotiques.

La prévention explicative à tous les jeunes, c'est simple.

C'est seulement faire comprendre que lorsque l'on entend des voix, on n'est pas désigné prophète mais psychotique halluciné; et c'est rétroactif...

Cela permettrait d'interpréter leurs symptômes comme étant une réelle maladie avec pour impératif et urgence d'aller consulter ; et de ne pas attendre des dizaines d'années à subir, sans en parler, en se croyant en relation privilégiée et traumatisante avec le ciel.

Sortons de cette hypocrisie.

Qui parle ? Qui montre ? Cette relation avec les cultures religieuses.

Que les acteurs médicaux, politiques et religieux se mettent autour d'une table et définissent les différences entre les relations dites «mystiques» venant de l'au-delà : contacts prophétiques, apparitions, voix intérieures d'avec les manifestations hallucinatoires psychotiques, qu'elles soient visuelles, auditives, de sensations intérieures... ?

Mais vous pouvez toujours y croire, les religions n'ont rien à voir avec la schizo.

=>Religieux-non.

Les croyants sont accrocs à cette irréalité organisée et intouchable.

DSM-5 - Diagnostique et statistique des troubles mentaux.

Le DSM-5 définit une idée délirante comme une "croyance figée qui ne change pas face à des preuves qui la contredisent".

=> http://uf-mi.u-bordeaux.fr/ter-2016/rodriguez-azilinon/definitionDelusion.php

L'idée délirante est une croyance, une croyance différente des autres croyances.

Chaque religions à donc sa propre croyance délirante et immuable.

La psychiatrie avec sa prise en charge, n'explique rien, elle donne des médocs.

Nos souffrants dit “positifs” qui entendent des voix et donc se croient en contact avec l'au-delà et avec des délires de se sentir persécutés par les envoyés du Diable, la psychiatrie ne fait pas d'explicatif sur cette impossibilité liée à ce monde virtuel illusoire comme de fait est un interdit religieux, alors elle donne des médocs pour éradiquer leurs perceptions hallucinatoires; un processus infini car sans comprendre c'est subir sans pouvoir guérir ou au moins en sortir.

=> Médication

Les associations demandent toujours plus de lits car nos malades -sans explicatifs- ne peuvent qu'être allongés et sans espoir de les remettre debout. Rien d'anormal, elles sont souvent patronnées par le secours catholique.

Dans cette logique je compte sur vous pour ne rien dire, il faut que rien ne change, alors nous ne pouvons que rester les dégâts collatéraux des religions érigées en culture.

Et chaque jour je récite le “Putain de maladie, nom de Dieu bordel de merde”.

Pour comprendre, je vous souhaite que votre famille soit touchée par cette maladie du désastre familial et vous aurez une autre idée des croyances religieuses et de votre liberté d'être les défenseurs des “bienfaits” de l'homme invisible.

Si cette prévention était effective beaucoup s'en seraient sortis -dont mes fils- et de ce fait le déni de maladie serait en voie de déclin.

 Mais à qui l'a-t-il dit.

=> http://maurice.champion20.pagesperso-orange.fr/Mais-a-qui-l-a-t-il-dit.htm 

Hallucinés oui et hallucinant oui.

S'il y avait un Dieu cette maladie n'existerait pas, elle est la dictature du cerveau.
Une maladie ça ne se vénère pas çà se combat. Que diriez-vous si l'on vénérait votre cancer, nous non comme des cons.

Sortons de toutes ces croyances, cette escroquerie du cerveau, pour accéder à de la prévention.

Sommes nous dans un régime politico-médical obéissant aux délires religieux? Etre à genoux est une bonne assurance d'obéissance.

Parole d'un ancien enfant de chœur, il m'a fallu moins d'un quart d'heure pour comprendre.

Et après cette épidémie dont votre Dieu ne vous à pas épargné, les «monseigneurs et consorts» en paroles et tenues de manipulateurs redemandent en urgence la réouverture des lieux de vénération de cette maladie du désordre cérébrale, celle qui a prise nos vies.

Je compte sur vous pour ne rien dire.

#Schizo-non>@ssociation : http://schizophrenies.monsite-orange.fr - ISBN 2414007567 

<= Retour au sommaire.

 

 

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

 
×