Positifs, négatifs.

La dérégulation de la dopamine et de la sérotonine affecte les connexions de la pensée fonctionnelle.

 

Les symptômes de la maladie sous ses 3 formes :

Source :http://users.skynet.be/sisyphe/schizophrenie.asp   

 

Les symptômes positifs.

 

Ils ont pour particularités d'être  généralement évidents (pathologie psychotique grave) ; très variables en intensité  inconstants (peuvent tour à tour apparaître puis disparaître).

Ils sont donc souvent transitoires. Ils peuvent survenir après une phase aïgue bruyante, lors d'une période critique de la vie du sujet...

   

Ils sont caractérisés par  des idées délirantes :

 

Il s'agit de convictions erronées constantes, non transitoires, qui ne sont pas partagées par d'autres et que le patient continu à considérer comme réelles même en présence de preuves démontrant le contraire.

Le patient peut être convaincu qu'il est poursuivi (délire de persécution), qu'il est Dieu (idées délirantes mystiques) ou qu'il est le centre (idées de référence) des événements qui se déroulent autour de lui.

Ces convictions erronées sont dues à un trouble du fonctionnement cérébral. Habituellement, elles ne peuvent pas être modifiées par des faits ou des arguments ; elles ne peuvent l'être que par le traitement.

Le patient est souvent incapable de comprendre que ses convictions sont erronées et qu'il est malade.

 

Les idées délirantes et les hallucinations sont réelles pour le patient.

 

C'est pourquoi ses comportements et sa conduite sont souvent incompréhensibles aux personnes saines.
     

Des hallucinations :

Ce sont des perceptions sensorielles qui ont leur source dans le cerveau de la personne plutôt qu'à l'extérieur.

Les hallucinations sont causées par la maladie. Les patients schizophrènes entendent parfois des voix (hallucinations auditives) qu'une personne saine placée dans la même situation n'entendrait pas ou voient des choses (hallucinations visuelles) que personne d'autre ne perçoit.

Ces perceptions sensorielles étranges sont souvent très perturbantes pour le patient qui éprouve parfois d'énormes difficultés à distinguer hallucinations et perceptions réelles.

Pour le patient, les voix sont réelles et il peut donc agir en conséquence, parfois d'une façon incompréhensible aux autres personnes.      

Des troubles "positifs" de la pensée formelle :

Les personnes souffrant de schizophrénie peuvent être incapable de penser ou de communiquer de manière logique. Leur pensée et leur discours deviennent désorganisés et difficile à suivre.

Des affects inadaptés :

Réactions affectives imprévisibles, paradoxales (généralement des  éclats de rire immotivés, des variations brusques de l'humeur...)

Des symptômes psycho-moteurs :

Mimiques, paramimies...

Les symptômes négatifs.

 

Ils ont pour particularités d'être  permanents, constants,  plus ou moins marqués mais varient peu une fois installés.

Ils sont  difficiles à distinguer et à évaluer avec certitude lors des phases «productives »" où les symptômes positifs tendent à les occulter.

 

Ils sont caractérisés par :

Des troubles de l'attention et de la concentration.

Attachement excessif aux détails, distractibilité, difficultés d'apprentissage, etc.  

Des troubles de l'abstraction, du langage et du jugement.

Manie difficilement les notions, abstraites, néologismes, illogismes, faiblesse du jugement, etc.  

Des troubles de l'affectivité.

Désintérêt, défaut d'empathie, retrait affectif, etc.

Des troubles de l'initiative et de la réalisation pratique.

Apathie, aboulie, indécision, etc.

Des difficultés dans le maniement des relations et de la communication sociales. 
La pauvreté de la pensée.

Les patients peuvent devenir très peu portés à s'exprimer spontanément et peuvent présenter un ralentissement général de la pensée, voir même une absence d'idée.

 

Les symptômes de discordance.

 

Réunion inextricable de symptômes positifs et négatifs.

Une dysharmonie générale se reflète au niveau de la pensée - mélange surprenant d'hermétisme et de limpidité -, et de l'intelligence, manifestement amoindrie dans son efficience pratique tout en conservant intactes d'excellentes facultés de jugement critique comme en témoignent la justesse de certaines remarques.

=> Dopamine et Sérotonine.

<=Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.