Poison d'avril.

 

Le 4 avril 2015 - Bouches-du-Rhône : un homme tue son fils schizophrène et se suicide.

www.leparisien.fr/faits-divers/bouches-du-rhone-un-homme-tue-son-fils-schizophrene-et-se-suicide-04-04-2015-4665761.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

Un homme de 59 ans a tué son fils ce samedi d'un coup de carabine avant de se donner la mort, près d'Arles (Bouches-du-Rhône).

L'enfant souffrait de schizophrénie, a précisé le parquet.

«Les premiers éléments de l'enquête nous font privilégier la scénario d'un infanticide commis par le père, qui met ensuite fin à ses jours», a expliqué à l'AFP une source judiciaire du parquet de Tarascon.

Le fils de la famille, âgé de 36 ans, vivait toujours avec ses parents et souffrait de schizophrénie. Il avait été placé sous tutelle.

Le 25 avril 2015 - Metz : un homme schizophrène tue sa mère octogénaire.

www.leprogres.fr/faits-divers/2015/04/25/metz-un-homme-schizophrene-tue-sa-mere-octogenaire

Un homme d’une quarantaine d’années souffrant de schizophrénie a été interpellé vendredi à Metz après avoir tué sa mère, octogénaire, à coups de couteau à la gorge et au thorax.

Sa garde à vue a dû être levée vendredi soir «au vu de l’examen psychiatrique qui a établi qu’il était en état de démence complète», a précisé le parquet.

Accusé d’homicide volontaire sur ascendant, l’homme a été placé «en milieu fermé» dans un centre psychiatrique, à Jury (Moselle), toujours selon le parquet, confirmant des informations du Républicain lorrain.

L’enquête judiciaire «se poursuit» mais des examens psychiatriques supplémentaires devront déterminer si ses troubles psychiatriques ont «aboli son discernement» au moment des faits et s’il pourra être jugé ou non, toujours selon le parquet.

Le 30 avril 2015 - Un Brésilien schizophrène a été exécuté en Indonésie.

www.parismatch.com/Actu/International/Un-Bresilien-schizophrene-execute-en-Indonesie-754770

Il disait entendre des voix dans sa tête.

Mais plus perturbant, selon son avocat et un prêtre, il n’était pas conscient jusqu'à la dernière minute qu'il allait être fusillé.

Condamné à mort pour trafic de drogue, Rodrigo Gularte, 42 ans, a été exécuté mercredi au côté de six autres étrangers sur l'île prison de Nusa Kambangan, «l'Alcatraz indonésien», en dépit des interventions de sa famille et des autorités brésiliennes ayant appelé à la clémence en indiquant qu'il était atteint d'une schizophrénie paranoïde.

Quand nous avons dit que la peine de mort allait être appliquée, il a dit "quelle peine de mort ? «Je ne suis pas sûr qu'il a compris à 100% qu'il allait être exécuté».

=> Dangerosité.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.