Paranoïde.

Schizophrénie, type paranoïde.

 

http://fre.mdhealthresource.com/disability-guidelines/schizophrenia-paranoid-type

Article traduit - source USA.

 

La schizophrénie paranoïde se caractérise par une croyance erronée (l'illusion) que la personne est conspiré contre ou persécutés par d'autres.

En général, les personnes atteintes de schizophrénie paranoïde s'accrochent fermement à leurs croyances délirantes, malgré toutes les preuves du contraire, et malgré l'incapacité des autres à vérifier ces croyances.

 

Les délires sont définies comme des croyances bien ancrées qui ne sont pas vraies, pas partagée par d'autres dans la culture, et pas facilement modifiables. Les délires d'un individu paranoïaque schizophrène sont généralement mauvaises interprétations des événements ou des sens de l'individu et tournent autour d'un thème précis qui prend tout son sens pour l'individu.

 

Ceux-ci ne sont pas classés par l'individu comme bizarre étant donné que ces événements sont les possibilités dans la vie ordinaire, c'est à dire, étant sous surveillance par la CIA ou le FBI. Souvent, la personne entend des voix (hallucinations auditives) qui prennent en charge sa conspiration imaginaire.

 

Par rapport à d'autres formes de schizophrénie, la pensée d'un individu schizophrène paranoïaque n'est pas exagérément anormale sauf pour l'illusion. De même, la parole n'est pas comme désorganisés, les émotions ne sont pas aussi plates ou inapproprié

Les illusions de grandeur sont souvent suivies par des idées délirantes de persécution.

 

Par exemple, une personne schizophrène paranoïaque peut croire qu'il ou qu'elle est Jésus-Christ et en tant que telle qui est donnée des instructions de Dieu. Dans l'esprit tordu de l'individu, il est logique qu'il soit surveillé et persécuté par les envieux.

 

La schizophrénie paranoïde mystique  et positive (avec hallucinations auditives et visuelles), celle de mon fils -depuis 25 années et à ce jour en retour à l'hôpital-, je crois que l'on n'en sort pas, car de plus, elle est vécue comme une institution religieuse, celle du fondement de toutes les religions. 

 

Si J.C. avait pris ses médocs, il serait resté le fils de ses parents.

 

Ce retour à l'hôpital est voué à l'échec car, dans ce nouveau séjour comme les autres, ce sont des médocs qui vont être prescrits et pas des nouveaux car il n'y en a pas. Et mon fils ressortira sans un explicatif sur le sens de ses perceptions. Il ressortira avec son tatouage sur le bras, celui de J.C. avec sa couronne d'épines et de sang dégoulinant, son collègue de maladie.

 

Serons-nous pour toujours les dégâts collatéraux des religions ?

Croyants je vous haïs,  vous êtes la destruction de nos enfants. 

=> Etait-il schizophrène.

=> Folie de l'illumination.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.