Microbiote.

Un lien avéré entre microbiote et schizophrénie

=> http://www.les-schizophrenies.fr/actualites-sur-la-schizophrenie/article/un-lien-avere-entre-microbiote-et-schizophrenie

Août 2016, par Véronique R.

Depuis 15 ans, des études s’accumulent pour montrer que des perturbations de la flore intestinale sont un facteur de déclenchement de certaines maladies psychiatriques dont la schizophrénie.

Le docteur Guillaume Fond, psychiatre à l’hôpital Henri-Mondor et chercheur en psychiatrie à l’INSERM, a fait le bilan. Il parle désormais de psychomicrobiotique, un domaine de recherche en plein essor.

Interview de Guillaume Fond

Il y a plusieurs voies qui connectent le tube digestif au cerveau : la synthèse de vitamines et de nutriments en général et celle du système sanguin avec la perméabilité du système intestinal… On a beaucoup d’argument pour dire que les pathologies mentales sont liées à des anomalies de la perméabilité intestinale. Une des fonctions du «bon» microbiote est justement de protéger la muqueuse intestinale. Donc dès que le microbiote commence à être perturbé, des molécules du tube digestif passeraient dans le sang et feraient dysfonctionner le cerveau et le reste des organes, y compris le cœur et le foie…

Suite au décryptage du génome humain, on a eu de grands espoirs pour expliquer toutes les maladies par la génétique. Mais, pourquoi, avec une même prédisposition génétique, les maladies ne se déclenchent que chez certaines personnes ? On se rend compte que c’est vraiment une interaction entre les gènes et l’environnement ; l’influence du microbiote est l’une des grandes hypothèses pour expliquer ces inégalités.

La psychomicrobiotique, c’est l’étude des interactions entre le cerveau et le microbiote intestinal et c’est vraiment bidirectionnel.

Document du Docteur Jean Seignalet.

L’alimentation ou la troisième médecine – ISBN 2-86839-702-6.

Chapitre 3 – L’intestin grêle.

L’intestin grêle constitue pour moi un premier élément clef dans le maintien de la santé ou dans la naissance et l’entretien d’un état pathologique. La muqueuse intestinale est la seule barrière entre notre sang et notre lymphe et de dangereux agents de l’environnement : bactéries et aliments. L’état de cette barrière dépend beaucoup de deux facteurs : les cellules épithéliales de la muqueuse et la flore intestinale.

Schizophrénie.

Howard (1993) a rapporté une perméabilité exagérée de l’intestin grêle au cours de la schizophrénie.

Des anticorps antigliadine sont détectés chez 20% des schizophrènes contre 3% des témoins normaux.

=> Génétique.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.