Matsumoto Kenji.

Non à l’exécution de Matsumoto Kenji, condamné à mort.

www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Abolition-de-la-peine-de-mort/Actions/Non-execution-de-Matsumoto-Kenji-condamne-mort-12833

Handicapé mental, Matsumoto Kenji a été condamné à mort au Japon.

Article suivi de la lettre à destination de Yoko Kamiwaka, ministre de la Justice.

Lettre où vous pouvez apposer votre signature, il est encore temps.

L’altération de la santé mentale est un facteur critique à prendre en considération à toutes les étapes du processus de la peine capitale, de la commission du crime jusqu’à l’exécution de la personne condamnée.

Aujourd’hui encore, des personnes atteintes de troubles mentaux graves sont exécutées dans le monde bien que la majorité des États interdise cette pratique. Au Japon, par exemple, le Code de procédure pénale (article 479) prévoit une suspension de l’exécution Les personnes considérées comme atteintes de démence.

Pourtant, Matsumoto Kenji a été condamné à mort en 1993 bien qu’il soit atteint d’un sévère handicap mental.

Son handicap mental s’est notamment traduit par une inaptitude à suivre les débats lors de son procès et à comprendre la nature du châtiment auquel il a été condamné. De plus, Matsumoto Kenji a toujours eu de grandes difficultés à communiquer, y compris avec son avocat.

Point d’entrée : facebook «Les schizophrénie» déposée le 5 septembre 2015 : https://www.facebook.com/les.schizophrenies

=> Schizo en statistiques.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.