Crash

Le copilote a caché qu'il était en arrêt de travail le jour de l'accident. 

Dépression : il avait suivi un traitement psychiatrique.

www.francetvinfo.fr/faits-divers/accident/crash-dans-les-alpes/crash-dans-les-alpes-andreas-lubitz-a-souffert-d-une-grave-depression-il-etait-sous-suivi-medical-regulier_860195.html

Terrible moment partagé avec les familles, chacune a déposé une rose blanche, en tentant de comprendre.

 

Psychiatrie, c’est certain mais une grave dépression c’est moins évident.

En dépression, on est dans l’incapacité à réagir, donc on n’est pas à côté d’un pilote mais bien cloué au sol.

 

Maladie psychique plus certainement,  la schizophrénie me semble plus proche de la réalité. Une maladie qui peut sembler apparaître modérée de par ses symptômes naissants et que l’entourage proche dans l’incompréhension tente de modérer la situation en expliquant n’être qu’un mal de vivre passager, une période transitoire de grosse déprime lié à quelques problèmes personnels.

 

Un explicatif rationnel de la dépression qui auto-satisfait plus positivement que d’être en schizophrénie dont l’image négative vous positionne aux coté des «fous» tant elle se situe dans le domaine méconnue avec ses perceptions de l’irréalité et ses visions du monde bien  négative.

 

On sait également que le suicide est plus que présent dans cette maladie tant la souffrance psychique est forte dans une lisibilité de l’avenir morne et continuelle. Dans cet état qu’importent les dégâts, les morts innocents, c’est le noir qui prédomine.   Le suicide est-il considéré chez le schizophrène halluciné mystique comme la scission de sa vie de souffrance vers l’irréalité défendu par les religions qu'est le leurre du paradis, alors entraîner la mort de personnes dans ce voyage imaginaire ne sont pas des crimes mais un sauvetage salutaire vers l'au-delà.

Que chacun en prenne conscience. 

Vous trouverez certainement mon approche inexacte, perso proche de cette maladie avec ses bouffées délirantes dont les actes sont hors normes je pense que mon hypothèse me semble plus vraisemblable que  la version officielle d’un état de maladie dépressive.

La dépression est un état visible, la schizophrénie est un état qui peut passer inaperçu et non reconnue par le malade lui-même ce que l’on nomme déni de reconnaissance : raison de rejet de son arrêt de travail et de la non-prise de sa médication.

 

Mais dans la réalité de ce désastre,  l’explicatif de la cause est bien peu de chose à côté des disparus, de leurs familles et proches dans le désarroi et la colère face à ces fins de vie prématurées brutales et inacceptables.  

 

L’irréalité est dans le texte : l’autre monde celui de la schizo.

En 1999 : un Boeing 767 d'EgyptAir s'abîme dans l'Atlantique.

Selon l'enregistreur des conversations, il aurait alors prononcé une courte prière : «Je m'en remets à Dieu.»

www.lemonde.fr/europe/article/2015/03/26/crash-de-l-airbus-a320-le-suicide-de-pilote-un-phenomene-rare-mais-pas-sans-precedent_4602293_3214.html

 

La schizophrénie est une réelle maladie d’exclusion vers le domaine de l’irréalité avec ses conséquences irrationnelles. Tant qu’elle sera positionnée comme d’autres maladies compréhensibles et donc gérables aucune chance de lui donner une réelle identité.

C’est l’une de mes raisons d’écrire sur ce thème.

Crash : Dépression non, schizo oui.

Qui va nous aider à se sortir de cette putain de maladie?

=> Déceler avant.

=> Décompensation.

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.