Ce que j'en pense.

Ce que j'en pense et que je partage avec moi-même.

Schizophrènes – estimation de 0,7 à 1% de la population.

60% sans hallucinations (négatifs) et 40% avec hallucinations (positifs).

Schizophrénie, la dictature du cerveau du souffrant et le désastre pour ses parents.

Schizophrénie, une grave psychose.

On en parle...

SCHIZOPHRENIE : Pourquoi a-t-on affublé cette maladie  d’un tel nom ? Définition d’Eugen Bleuler (1857–1939) littéralement «esprit fendu» - schizein = fendre - phrên = esprit.

En clair ce sont des fêlés, des fous.

Et bien non, c’est le contraire, un cerveau hyper connecté où toute l’information mémorisée entre en collision, ce qui s'accompagne d'une perte du contact avec la réalité, de délires ainsi que de modifications de la pensée. Ce terme schizophrénie ainsi que sa définition sont obsolètes et donc un repoussoir envers nos souffrants.

Les fous et les vénérés, une scission qui arrange les bien-pensants et leurs laisse à penser qu’une barrière séparative est effective entre les délires psychotiques et leurs vérités religieuses.

La schizophrénie doit changer de nom pour devenir un état fonctionnel et non plus une maladie...

 

Relation mystique/schizophrénie.

Thomas Szasz - (1920-2012) – Psychiatre et psychanalyste américain (antipsychiatrie).

«Quand un homme parle à Dieu, on dit qu'il prie. Quand Dieu parle à un homme, on dit de ce dernier qu'il est schizophrène.» (Mais quand l’homme prend du Zyprexa, Dieu ne lui parle plus ; Dieu serait-il fâché d’avec les laboratoires pharmaceutiques ?)

 

Neurotransmission.

Dopamine: troubles négatifs comportementaux.

Sérotonine: accès et visions d'irréalité que sont les hallucinations.

Les schizos positifs cumulent les deux dérèglements.

Excès en sérotonine -molécule de la foi- , croyances, sexualité, dérives etc...

Antoine Lesur, psychiatre - La schizophrénie, la comprendre pour mieux la vivre:

«La désorganisation que cause la maladie s'accompagne d'interrogations incessantes sur sa propre identité, sur les valeurs morales (le bien et le mal, Dieu et le Diable), sur la sexualité etc... Perdus sans repères, ils peuvent être attirés par l'ésotérisme, la magie, voire les sectes à la recherche d'un absolu en fait inaccessible.»

 

Médications – traitement des hallucinations.

Deux régulateurs de la Dopamine et de la Sérotonine.

Notices d'utilisation de deux antipsychotiques de dernière génération.

ZYPREXA – Aripiprazole - Laboratoire ELI-LILY.

Zyprexa est utilisé pour traiter une maladie qui s'accompagne de symptômes tels que voir, entendre, sentir les choses qui n'existent pas, avoir des croyances erronées, une suspicion inhabituelle, et un retrait affectif et social.

ABILIFY – Olanzapine - Laboratoire BRISTOL-SQUIB.

Abilify est utilisé pour traiter une maladie caractérisée par des symptômes tels que le fait d'entendre, de voir, de sentir les choses qui n'existent pas, d'avoir une suspicion inhabituelle, d'avoir des croyances erronées, un discours et un comportement incohérents et un retrait affectif et social.

Un changement de médication passe par un protocole de quelques mois souvent en hôpital; après il faut attendre environ 1 an afin de juger de son efficacité. Mais en tout état de cause, le souffrant doit comprendre le contenu de sa maladie et beaucoup ne sont pas dans cette logique mais se croient connectés à l'au-delà avec son monde imaginaire déstabilisant.

 

Tous les croyants ne sont pas schizophrènes (question récurrente).

On est tous soit en névrose (20%) ou bien en psychose (80%).

La psychose comporte des divers degrés dont l’extrémité a été nommée «schizophrénie».

Être en psychose mystique est un fonctionnement cérébral lié au neurotransmetteur qu'est la sérotonine nommée «molécule de la foi» ; c'est elle qui vous fait adhérer à l'irréalité.

Lorsque la sérotonine est trop active -schizophrénie positive-, elle est la cause des perceptions hallucinatoires (orales, visuelles et autres perceptions d'irréalité).

Il a été prouvé scientifiquement au CNRS, en 2005 que ne pas croire était scientifiquement quasi improbable (aux alentours de 0,3% de chance), grâce à la découverte d'un système appelé "La molécule de la foi". Croire, c'est donc 99,7% de malchance.

Et les guérisons miraculeuses: On n'a jamais vu un trisomique perdre ses handicaps et Bernadette est décédée de maladie à l'âge de 37 ans : l'hallucination religieuse que les gogos anesthésiés redemandent. L'univers infini des religions seulement et totalement le cerveau du schizophrène.

 

Perceptions et croyances.

Lorsque le schizophrène est soumis à ses hallucinations orales et/ou visuelles, la seule question qu'il peut se faire est: «Qui me parle, qui me montre?».

Il faut bien comprendre que l'hallucination se perçoit plus réelle que la réalité car elle n'est pas filtrée par les organes des sens. Le souffrant ne peut que croire en la véracité de ce qu'il voit et de ce qu'il entend.

Philippe Rouby psychiatre :«Quand le ciel s'ouvre et que Dieu m'appelle par mon nom... c'est que la psychose a pris le dessus. La folie c'est quelqu'un qui te donne des ordres; tu penses que c'est Dieu ou le fantôme de ton père et en fin de compte tu t'aperçois -ou plutôt pas- que c'est ta propre pensée qui se retourne contre toi pour te persécuter.»

Les expériences de mort immédiates (EMI) sont dans cette logique hallucinatoire visuelle.

 

Logique des délires d'imagination.

Edouard Zarifian – (1941-2007) - Psychiatre - Les jardiniers de la folie.

« On doute de la réalité, on ne doute jamais de son délire. »

Les délires sont le prolongement des hallucinations qui donnent au délirant une réponse logique, satisfaisante et souvent traumatisante: «Si Dieu me parle, c'est que je suis missionné sur cette Terre (ex:J.d'Arc et autres prophètes).» La maladie -dite de la persécution- est dans cette cohérence «Dieu et Diable». Dans ses visions, la reconnaissance de personnes proches de lui qu'il assimile comme les envoyés du Diable venus le persécuter. Et ses réactions sont bien souvent incohérentes et brutales.

Y croire : Rêver, non... mais halluciner, oui, alors «Ce n'est pas moi ce sont les autres»; Comprendre c'est être en mesure de pouvoir faire l'inversion des rôles : «C'est moi et pas les autres».

 

Le père des religions.

ABRAHAM:(XVIIIe siècle av. J.-C.) personnage mythique de la genèse plusieurs fois en contact avec Dieu; donc prophète incontesté et donc à l'origine des trois religions monothéistes.

Connu pour avoir essayé de tuer son fils après s'être mutilé le sexe parce-qu'une voix dans sa tête lui a demandé de le faire. C'est donc Dieu qui aurait testé sa foi par son obéissance. Un ange lui aurait retenu le bras au moment de l'acte.

«On ne naît pas prophète, on devient schizo-halluciné-parano-mystique.»

Depuis il s'est construit les plus prestigieux monuments dédié au culte de cette maladie que de nombreux touristes viennent visiter; et toujours plus dont les fidèles redemandent avec insistance pour une vénération collective de ce désastre familial qui met à genoux.

 

Cannabis.

Il courant de croire, dans l’opinion publique, que la schizophrénie affecte les personnes jeunes uniquement parce qu’elles ont consommé des drogues.

Le «pré-schizophrène» en vulnérabilité -non décompensé- est une personne en souffrance psychique; n’ayant pas connaissance de sa «maladie», car la prévention explicative est absente pour des raisons de sociétés- cela le prive de l’urgence de soins psychiatriques indispensables, alors son unique recours de facilité est de consommer des drogues dites «douces» pour tenter de calmer ses angoisses.

Le cannabis, par son THC persistant, est un «faux ami», il est de plus un hallucinatoire et donc est un facteur déterminant de décompensation dans la maladie. Sans le cannabis il y aurait 20% de schizophrènes en moins par non passage dans le désordre psychique.

Cannabis et Chrétienté par Chris Bennett : « En fait, si Jésus n'avait pas utilisé l'antique huile de consécration enrichie au cannabis, il n'aurait jamais pu prétendre au titre de Christ!»

 

Pourquoi un schizophrène ne veut pas travailler ?

Publié en 2011 par Lana : Encore une question entrée sur Google qui a mené à mon blog.

Je répondrais: pourquoi un tétraplégique ne veut pas courir ?

 

Croire, c'est juste comprendre :«Dieu a dit; mais lorsque tu entends des voix, il est urgent d'aller consulter; et si tu te crois prophète il est bien trop tard, la maladie s'est durablement installée».

Connards de religieux et croyants arrêtez de brouiller l’écoute de nos malades psychiques, les religions ajoutent de l'illusion aux hallucinations de nos souffrants en les menant dans l'impasse à ne pas se soigner.

 

Des citations.

Sven Torrent-facebook

«Y'aura toujours des hypocrites qui croient en un ami imaginaire et qui liront un livre écrit par les hommes pour les hommes et qui feront référence à des écritures soi-disant saintes comme vérité absolue.»

Pascal Boyer - Chercheur au CNRS - Anthropologue - Et l'homme créa les dieux :

«La religion est une épidémie mentale qui conduit les gens à développer des concepts religieux assez semblables.»

Patrick Stocco Biologiste.

«Pour le biologiste athée que je suis, les religions ne relèvent définitivement que de la psychopathologie: schizophrénie galopante, désir viscéral d’immortalité, croyance en l’existence d’un monde parallèle, en l’existence d’une divinité créatrice et primordiale, etc.»

 

Quelques références.

La sérotonine ça colle aux croyants pire que les morpions => http://schizo-non.e-monsite.com/blog/serotonine-1.html

Sexe et religions => Affaires religieuses.

Le jour où Xavier perd brutalement la foi => http://schizo-non.e-monsite.com/blog/xavier.html

La plus ancienne des «fake news» est bien la religieuse => http://schizo-non.allmyblog.com/441-plagiat.html

Il tue sa nièce qu'il prenait pour le diable => https://www.cnews.fr/monde/2018-08-19/il-tue-sa-niece-quil-prenait-pour-le-diable-791599

 

L'univers de religions seulement et totalement le cerveau du schizophrène en éruption .

Comprendre cette simple réalité, c'est se soustraire de tout ce qui semble invraisemblable au point d'en être irréel et donc de cesser de croire aux dires des spécialistes de l'illusion avec leur homme invisible qui habite le ciel; celui qui est le guide de vos actes avec ses punitions, ses récompenses, ses guerres de pouvoir.

S'il y avait un Dieu, cette maladie n'existerait pas car elle est la dictature du cerveau. Croyants seriez-vous en manque de dictature?

 

Libérez nos souffrants de leurs films d'épouvante religieuse par la prévention explicative devient urgent;  sans vous rien de se fera et vous en subissez les conséquences.

Ce désastre vous coûte environ 12 milliard d'euros ; la croyance n'a pas de prix et c'est vous qui financez.

Une maladie ça se comprend, se combat et se soigne ; ça ne se vénère pas.

Souffrants et familles, nous ne sommes plus les dégâts collatéraux des religions.

 

#Schizo-non>@ssociation : http://schizophrenies.monsite-orange.fr

 

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.