Ce que j'en pense.

Ce que j'en pense et que je partage avec moi-même.

On ne naît pas prophète, on devient schizo-halluciné-parano-mystique. 

 

Le père des religions : Ce schizo primitif qui a entendu des voix et donc certain que c'était 'Dieu' qui lui parlait.

ABRAHAM:(XVIIIe siècle av. J.-C.) personnage mythique de la genèse plusieurs fois en contact avec Dieu; donc prophète incontesté et donc à l'origine des trois religions monothéistes.

Connu pour avoir essayé de tuer son fils après s'être mutilé le sexe parce-qu'une voix dans sa tête lui a demandé de le faire. C'est donc Dieu qui aurait testé sa foi par son obéissance. Un ange lui aurait retenu le bras au moment de l'acte.

Ph.R. Psychiatre : La parole de dieu.

«Lorsque le ciel s'ouvre a toi et t’appelle par ton nom, tu crois que c'est dieu qui te parle; mais c'est ta psychose qui a pris le dessus.» L'hallucination est toujours perçue par le psychotique plus réelle que la réalité car intégrée à son "MOI".

3500 ans après rien n'a bougé d'un iota, nos malades hallucinés restent dans leurs positions d'être choisi par l'au-delà et de se sentir persécutés par les envoyés du diable qu'ils reconnaissent dans leurs hallucinations visuelles.

Religions : cette maladie qui vous ressemble.

Ce n'est pas parce-que depuis la nuit des temps nos psychotiques positifs entendent des voix qu'ils attribuent à la parole venue de l'au-delà et donc certains de se croire missionnés par Dieu qu'il faut créer des religions moralisatrices, construire des lieux somptueux de vénération collective, écrire des livres intouchables, inventer un ciel de punitions et récompenses, se barder d'oripeaux, faire du prosélytisme trompeur, se mettre à genoux, financer les caisses de cette escroquerie du cerveau, obéir aux diktats des croyants qui en demandent toujours+...

Religieux et croyants cette maladie qui vous ressemble  => Copieurs

Aimez-vous les uns les autres*  (*sauf ceux qui ne pensent pas comme vous et cette maladie est insatiable jusqu'aux guerres de religions.) Taxez-les: http://schizo-non.e-monsite.com/blog/couleur-jaune.html

 

NON, revenez dans la réalité. 

Il est seulement urgent de motiver à aller consulter pour perceptions hallucinatoires mentales mystiques donnant ainsi un espoir de déclic vers la sortie des interprétations angoissantes et erronées vécues intensément et cérébralement comme une réalité absolue.

 

La présence de prévention en santé mentale serait seulement de faire comprendre cela et donc permettre à nos souffrants d'être debout et libres. La compréhension du dysfonctionnement du cerveau et donc des croyances religieuses est en marche ; aidez-nous à le faire comprendre, ne soyez pas en retard, n'attendez pas que la Terre redevienne plate. 

 

Connards de croyants arrêtez de brouiller l’écoute de nos malades psychiques, vos religions ajoutent de l'illusion aux hallucinations de nos souffrants en les menant dans l'impasse à ne pas se soigner => Lâchez-nous

 

Schizophrènes – estimation de 0,7 à 1% de la population.

60% sans hallucinations (négatifs) et 40% avec hallucinations (positifs).

Schizophrénie, la dictature du cerveau du souffrant et le désastre pour ses parents.

Schizophrénie, une grave psychose.

On en parle...

SCHIZOPHRENIE : Pourquoi a-t-on affublé cette maladie  d’un tel nom ? Définition d’Eugen Bleuler (1857–1939) littéralement «esprit fendu» - schizein = fendre - phrên = esprit.

En clair ce sont des fêlés, des fous.

Et bien non, c’est le contraire, un cerveau hyper connecté où toute l’information mémorisée entre en collision, ce qui s'accompagne d'une perte du contact avec la réalité, de délires ainsi que de modifications de la pensée. Ce terme schizophrénie ainsi que sa définition sont obsolètes et donc un repoussoir envers nos souffrants.

Les fous et les vénérés, une scission qui arrange les bien-pensants et leurs laisse à penser qu’une barrière séparative est effective entre les délires psychotiques et leurs vérités religieuses.

La schizophrénie doit changer de nom pour devenir un état fonctionnel et non plus une maladie...

 

Relation mystique/schizophrénie.

Thomas Szasz - (1920-2012) – Psychiatre et psychanalyste américain (antipsychiatrie).

«Quand un homme parle à Dieu, on dit qu'il prie. Quand Dieu parle à un homme, on dit de ce dernier qu'il est schizophrène.» (Mais quand l’homme prend du Zyprexa, Dieu ne lui parle plus ; Dieu serait-il fâché d’avec les laboratoires pharmaceutiques ?)

 

Neurotransmission.

Dopamine: troubles négatifs comportementaux.

Sérotonine: accès et visions d'irréalité que sont les hallucinations.

Les schizos positifs cumulent les deux dérèglements.

Excès en sérotonine -molécule de la foi- , croyances, sexualité, dérives etc...

Antoine Lesur, psychiatre - La schizophrénie, la comprendre pour mieux la vivre:

«La désorganisation que cause la maladie s'accompagne d'interrogations incessantes sur sa propre identité, sur les valeurs morales (le bien et le mal, Dieu et le Diable), sur la sexualité etc... Perdus sans repères, ils peuvent être attirés par l'ésotérisme, la magie, voire les sectes à la recherche d'un absolu en fait inaccessible.»

 

Médications – traitement des hallucinations.

Deux régulateurs de la Dopamine et de la Sérotonine.

Notices d'utilisation de deux antipsychotiques de dernière génération.

ZYPREXA – Aripiprazole - Laboratoire ELI-LILY.

Zyprexa est utilisé pour traiter une maladie qui s'accompagne de symptômes tels que voir, entendre, sentir les choses qui n'existent pas, avoir des croyances erronées, une suspicion inhabituelle, et un retrait affectif et social.

ABILIFY – Olanzapine - Laboratoire BRISTOL-SQUIB.

Abilify est utilisé pour traiter une maladie caractérisée par des symptômes tels que le fait d'entendre, de voir, de sentir les choses qui n'existent pas, d'avoir une suspicion inhabituelle, d'avoir des croyances erronées, un discours et un comportement incohérents et un retrait affectif et social.

Un changement de médication passe par un protocole de quelques mois souvent en hôpital; après il faut attendre environ 1 an afin de juger de son efficacité. Mais en tout état de cause, le souffrant doit comprendre le contenu de sa maladie et beaucoup ne sont pas dans cette logique mais se croient connectés à l'au-delà avec son monde imaginaire déstabilisant.

Et ça se soigne : http://schizo-non.e-monsite.com/blog/zyprexa-et-abilify.html

 

Tous les croyants ne sont pas schizophrènes (question récurrente).

En préalable il faut retenir que la schizophrénie n'est pas une maladie mais un état fonctionnel limite de désorganisation de la pensée.

Elle est catégoriée comme maladie car elle est prise en charge en hôpital et se régule avec des médocs.

Mais la principale raison se résume par ce qui ne plait à personne; y compris dans nos associations dédiées

=> http://schizophrenies.monsite-orange.fr

Alors on est tous soit en névrose (20%) ou bien en psychose (80% 

La psychose comporte des divers degrés dont l’extrémité a été nommée «schizophrénie».

Être en psychose mystique est un fonctionnement cérébral lié au neurotransmetteur qu'est la sérotonine nommée «molécule de la foi» ; c'est elle qui vous fait adhérer à l'irréalité.

Lorsque la sérotonine est trop active -schizophrénie positive-, elle est la cause des perceptions hallucinatoires (orales, visuelles et autres perceptions d'irréalité).

Il a été prouvé scientifiquement au CNRS, en 2005 que ne pas croire était scientifiquement quasi improbable (aux alentours de 0,3% de chance), grâce à la découverte d'un système appelé "La molécule de la foi". Croire, c'est donc 99,7% de malchance.

Et les guérisons miraculeuses: On n'a jamais vu un trisomique perdre ses handicaps et Bernadette est décédée de maladie à l'âge de 37 ans : l'hallucination religieuse que les gogos anesthésiés redemandent.

L'univers infini des religions seulement et totalement le cerveau du schizophrène.

Croire qu'un homme invisible -donc imaginaire- est capable de gérer 7 milliards d'humains est bien du domaine de l'irréalité.

 

Perceptions et croyances.

Lorsque le schizophrène est soumis à ses hallucinations orales et/ou visuelles, la seule question qu'il peut se faire est: «Qui me parle, qui me montre?».

Il faut bien comprendre que l'hallucination se perçoit plus réelle que la réalité car elle n'est pas filtrée par les organes des sens. Le souffrant ne peut que croire en la véracité de ce qu'il voit et de ce qu'il entend.

 

Dr Jeff Anderson, neuroradiologue.

«Nous commençons juste à comprendre comment le cerveau contribue aux expériences que les croyants interprètent comme spirituelles, divines voire transcendantes.»

 

Cannabis et Chrétienté par Chris Bennett.

« En fait, si Jésus n'avait pas utilisé l'antique huile de consécration enrichie au cannabis, il n'aurait jamais pu prétendre au titre de Christ!»

 

Le monde de l'illusion et de ses contraintes.

=> Sérotonine "la molécule de la foi"  => Suite.

=> Ce qu'elles en pensent 

=> Moïse 

=> Maîtres de 'vie' 

=> Cannabis et chrétienté 

=> Dévoilez-vous 

=> Affaires religieuses.

=> Xavier

Le diable en souffrance => https://www.bbc.com/afrique/45805755

 

Une maladie ça se comprend, se combat et se soigne ; ça ne se vénère pas.

Souffrants et familles, nous ne sommes plus les dégâts collatéraux des religions.

A votre avis pour quelles raisons cette prévention explicative des symptômes hallucinatoires est-elle absente ?

 

La psychiatrie n'est pas toujours une fatalité; aidons nos jeunes à comprendre leurs souffrances inutiles.

S'il y avait un Dieu, cette maladie n'existerait pas car elle est la dictature du cerveau.

Croyants seriez-vous en manque de dictature? 

Quand vous aurez un cancer, croyez-vous que l'on aura le droit de le vénérer ?

Connards de croyants, remballez vos délires éculés de millénaires.

Récitons ensemble le "Putain de maladie, nom de dieu bordel de merde".

 

#Schizo-non>@ssociation -http://schizophrenies.monsite-orange.fr

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire