Cannabis.

Fumer du cannabis : une pratique sans risque ?

Article de Audrey Duperron - mars 2011.

www.express.be/business/fr/conso/fumer-du-cannabis-une-pratique-sans-risque/141695.htm

Les scientifiques pensent que c'est le THC (ou delta-9-tétrahydrocannabinol), le principal composant psychotrope qui fragilise le cerveau et le rend plus réceptif à la psychose.

Les jeunes qui commencent à fumer de la marijuana au collège ont 90% plus de chances que les autres de développer des symptômes psychotiques. En clair, fumer du cannabis double les chances de devenir fou.

Cette étude ajoute une brique supplémentaire au mur de preuves démontrant que la consommation de cannabis sous ses formes traditionnelles est une cause contributive à la survenance de psychoses telles que la schizophrénie.

 

Cannabis et religions :

http://maurice.champion20.pagesperso-orange.fr/Entheogene.htm

Les drogues dites « douces ».

 

Cannabis et maladies mentales chroniques.

Multiplicateur par 6 le risque de décompensation schizophrénique.

Sans le cannabis, il y aurait environ 20% en moins de jeunes en psychiatrie.

 

Et pour les jeunes atteints de schizophrénie «négative», le cannabis favorise le passage à l'état «positif» bien difficile à résoudre du fait de superposition de perceptions extériorisées.

Aussi, la consommation de cannabis majore le risque de violence ou d'homicide chez les patients schizophrènes ou ceux atteints de troubles bipolaires prédisposés.

 

Les sensations et perceptions hallucinatoires qu'elles soient l'expression de la schizophrénie, des drogues douces ou bien des dits 'enthéogènes' -liés aux rites religieux- sont toujours perçues plus vraies que la réalité ; on ne peut qu'y croire intensément comme des religions et vont à l'encontre de la reconnaissance de sa maladie psychique avec refus d'une prise en charge médicale.

http://maurice.champion20.pagesperso-orange.fr/Cannabis.htm

 

La prévention est l'unique recours.

Le cannabis, par son THC persistant, est un « faux ami », car il est un facteur déterminant de décompensation dans la maladie.

Il courant de croire, dans l'opinion publique, que la schizophrénie affecte les personnes jeunes uniquement parce qu'elles ont consommé des drogues.

Le pré-schizophrène en vulnérabilité -non décompensé- est une personne en souffrance psychique ; n'ayant pas connaissance de sa « maladie » cela le prive de l'urgence de soins psychiatriques indispensables, alors son unique recours de facilité est de consommer des drogues dites « douces » pour tenter de calmer ses angoisses.

 

Des chercheurs de l'université de Western Ontario ont découvert pourquoi les fumeurs de cannabis peuvent vivre des épisodes de paranoïa, rapporte le site internet du « Time ».

http://sante.canoe.com/channel_health_news_details.asp?news_id=5881&news_channel_id=33&channel_id=33

Risque de cancer.

www.europe1.fr/International/Le-cannabis-accroit-le-risque-de-cancer-1116741

Le mythe Jésus-Christ.

Schizophrénie, cannabis, hallucinations et religions.

www.esoblogs.net/2372/la-plante-de-la-gentillesse-cannabis-et-chretiente

 

La schizophrénie est mon combat de chaque jour.

Je souhaite à tous ceux qui sont pour la dépénalisation d'avoir un proche schizophrène…

<= Retour au Sommaire.

Schizophrénie croyances religions

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.